Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NON à la fermeture de la brigade  des douanes d'Agen

Aéroport de la Garenne : double mauvaise nouvelle de rentrée

22 Septembre 2016, 09:00am

Publié par NON à la fermeture de la brigade des douanes d'Agen

Article le dépêche du midi 22/09/2016

Deux mauvaises nouvelles liées pour l'aéroport d'Agen, liées entre elles. La Garenne doit perdre son poste de passage frontalier et la brigade des Douanes est vouée à la fermeture en 2019.

Dans les tiroirs depuis cinq ans, la suppression du point de passage frontalier (PPF) hors espace Schengen dont bénéficie l'aéroport d'Agen refait surface. Et la menace est, cette fois, beaucoup plus nette. L'Union des aéroports français a, lundi, annoncé la suppression de treize de ces PPF sur le territoire national, sans en donner la liste.

Le syndicat Solidaires a, de son côté, complété la nouvelle. Selon ses responsables, le PPF d'Agen-La Garenne est amené à être supprimé dans les prochaines semaines ou les prochains mois, comme à Abbeville, Amiens, Lannion, Vichy… Il ne manquerait plus que le sceau de l'Union européenne pour fermer les portes d'une des activités aériennes de la Garenne. Elle n'est pas majoritaire face aux 39 098 passagers des avions commerciaux (sources UAF) qui ont embarqué ou débarqué en 2015 sur l'aérodrome départemental.

Il existe deux formes d'aéroports douaniers, en permanence comme Roissy, Mérignac ou Blagnac ; et à la demande avec un préavis d'atterrissage ou de décollage comme Agen. A la question, quelles seraient les conséquences de cette fermeture, la réponse est claire : plus de vol en provenance des pays qui ne sont pas dans l'espace Schengen.

Un exemple ? Dimanche, puis lundi, deux avions privés ont été affrétés pour l'Algérie et Casablanca, au Maroc. Si la mesure de fermeture des PFF était prononcée, cela ne sera plus possible. L'aéroport perçoit deux taxes au «pneu sur la piste» et au stationnement, en fonction de la taille de l'appareil. Avec le PPF supprimé pourraient ainsi disparaître des sources de revenus pour Agen-La Garenne, dont l'équilibre budgétaire subit des trous d'air et bénéficie de perfusions publiques.

Mélodie en sous-sol

«Cette mesure, brutale, a été prise sans concertation avec la profession, sans délai de prévenance et sans recherche de solution alternative», peste le Toulousain Jean-Michel Vernhes, président de l'Union des aéroports français. L'UAF demande aux pouvoirs publics «de laisser toute sa place à la concertation, aux études d'impact économique nécessaires ainsi qu'à la recherche de moyens alternatifs visant à assurer la pérennité des PPF. Il est plus que temps aujourd'hui de traiter la question des PPF de manière cohérente et concertée».

L'UAF plaide «de longue date pour des solutions innovantes permettant de concilier contraintes de l'administration et impératifs économiques des exploitants aéroportuaires et des territoires desservis (…) La suppression pure et simple d'un PPF (…) porte atteinte à l'attractivité et à la compétitivité du territoire». En Lot-et-Garonne, on s'agite dans les coulisses en tentant si ce n'est d'infléchir la décision du gouvernement, en tout cas de l'amender. Dernière des pistes envisagées, le transfert du PPF d'Agen à Bergerac. Les couloirs aériens au-dessus de la Dordogne vont se densifier au détriment du Lot-et-Garonne. Précision utile, la ligne aérienne Agen-Paris n'est pas menacée par la fin annoncée du PPF de la Garenne.

Exit les douaniers

Cette suppression probable sous une forme ou sous une autre ne surprend pas les douaniers de la brigade d'Agen, qui répètent, depuis deux ans, que leur fin annoncée sera le premier domino. Le suivant est l'abandon du PPF. Là aussi, mauvaise nouvelle. Malgré le refus de vote des représentants du personnel hier, la fermeture de la brigade des douanes (6 agents) dans les deux à trois ans à venir a été adoptée.

Pourtant, signale Olivier Géron, délégué syndical Solidaires, «nous avons rappelé les chiffres de notre activité, ici, à Agen. Nous sommes dans le peloton de tête de l'ancienne région Aquitaine, nous affichons des résultats probants dans le domaine du contrôle de l'émigration. Et nous rappelons que comme l'a dit Manuel Valls, nous sommes en guerre et que le gouvernement n'a pas oublié les Douanes quand il a annoncé le recrutement de personnels pour la lutte contre le terrorisme». Les agents sont habilités à effectuer des contrôles dans les bus de transports, par exemple.

Ce n'est pas le seul volet d'activités du service douanier. «D'un côté, on favorise l'équipement qui vise à améliorer la sécurité des buralistes dans leur commerce, de l'autre on veut supprimer un service qui lutte contre la fraude, cherchez l'erreur.»

Les Douanes d'Agen bénéficient déjà du soutien des élus, sénateurs et députés, conseils municipaux de l'agglomération agenaise, conseil départemental. La liste pourrait ne pas être exhaustive.

Commenter cet article