Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NON à la fermeture de la brigade  des douanes d'Agen

Une motion votée pour le maintien des douanes à Agen

16 Mars 2016, 15:02pm

Publié par NON à la fermeture de la brigade des douanes d'Agen

La dépêche du 08mars 2016

Si le dernier conseil municipal du samedi 27 février, a été mouvementé, les conseillers se sont retrouvés sur la motion, rapportée par l'adjoint Nathalie Pivotto. Elle porte sur «la restructuration du bureau des douanes et la disparition de la brigade de surveillance et d'intervention des douanes d'Agen». Ils l'ont votée à l'unanimité.

Pour l'opposition, Serge Marty, demande au maire quel impact pourrait avoir cette motion sur la décision finale. Le maire Bruno Dubos lui rétorque que

«différentes communes comme Le Passage ou encore le département et différentes collectivités ont effectué le même style de démarches. Il est important pour nous de contribuer modestement et apporter notre soutien aux douanes d'Agen.»

Service de proximité

L'élu profite également de la présence d'Étienne Pivotto, douanier professionnel, pour dire que le démantèlement des douanes mettrait fin à ce rôle de proximité.»

Auparavant, l'élue avait exposé les motifs de la réorganisation et les raisons du maintien : «… Il nous apparaît pertinent qu'en même temps, les fonctions de contrôle (qu'elles soient douanières ou fiscales) soient renforcées et implantées au plus près des concitoyens. La Direction régionale des douanes de Bordeaux élabore une restructuration de ses services, qui prévoit, entre autres, la réorganisation des bureaux des douanes et la suppression des brigades de surveillance et d'intervention d'Agen, Albi, Arcachon et Cambo. Or, la fin de la présence des services douaniers affecterait le contrôle quotidien dans notre département, véritable carrefour traversé par les deux axes majeurs que sont la RN 21 et l'A62. Au regard de cette situation géographique, la mission de protection des populations ne pourra être remplacée par un seul service d'analyse des risques et de ciblage centralisé».

Effectif réduit de moitié

Il est aussi rappelé que «la brigade de surveillance et d'intervention a vu son effectif diminuer de plus de plus de moitié passant ainsi de quatorze agents en 2002 à sept postes pourvus aujourd'hui».

Commenter cet article